Düsseldorf – sept siècles de développement ininterrompu

Du village de pêcheurs à la métropole

Dusseldorp, petite bourgade située à l'embouchure de la Düssel, a été élevée au rang de ville en 1288 et s'est développée continuellement pendant plus de sept siècles pour devenir la métropole cospmopolite que l'on connaît : Düsseldorf sur le Rhin.

Depuis 1946 capitale du Land de Rhénanie du nord-Westphalie - le plus peuplé de la fédération allemande - Düsseldorf s'exhibe aujourd'hui avec une architecture urbaine attrayante, et avec sa célèbre Vielle ville elle incarne le style de vie rhénan. Sa Königsallee est tout aussi populaire. Ce superbe boulevard, bordé de boutiques de mode  de haute renommée internationale et de magasins de luxe, est le symbole de Düsseldorf, connu dans le monde entier.

La capitale du Land est un centre international de commerce et de prestations de service : aujourd'hui sixième ville d'Allemagne, c'est un site de premier plan pour de nombreuses branches d'activité, et pour le monde industriel, c'est le numéro un en matière de foires internationales. La desserte particulièrement favorable de la ville située au cœur de l'agglomération Rhin-Ruhr, conditionné en grande partie par l'aéroport international, consolide son importance au niveau européen.  En matière de culture aussi, son opéra, son théâtre et un grand nombre d'importants  musées assurent à Düsseldorf un rôle de premier plan.

Nous présentons ici les étapes essentielles du développement de la ville.

Histoire: 1288 – 1969

Un site bien ancré entre le Rhin et la Düssel

Au moyen-âge, de grandes seigneureries se forment en Basse-Rhénanie. Il y a de fréquentes luttes entre l'archevêque de Cologne qui possède aussi le plus grand domaine, et des seigneurs laïcs avides de pouvoir, comme le comte de Berg. Le 5 juin 1288, deux armées s'affrontent sur la lande de Worringen, située entre Cologne et Düsseldorf. La bataille est considérée comme l'une des plus sanglante du moyen-âge. Les adversaires de l'archevêque, parmi eux le comte Adolf von Berg, remportent la victoire. Le comte Adolf tire profit de la défaite de l'archevêque pour faire d'une petite cité située à l'embouchure de la Dussel une ville à part entière. Nous sommes le 14 août 1288.

1288 | Bataille de Worringen. Peinture monumentale de Peter Janssen, 1893.
1288 | Bataille de Worringen. Peinture monumentale de Peter Janssen, 1893.

La petite bourgade de Düsseldorp, comme elle s'appelle à cette époque selon les sources les plus anciennes, est tout d'abord un modeste village de pêcheurs. Installée sur la rive droite du Rhin, la ville doit avant tout être le contre-poids aux désirs d'expansion de l'archevêque sur la rive gauche du Rhin. Par la suite, la ville est protégée des envahisseurs par des fossés et des remblais. Vers 1350, un premier mur d'enceinte entoure la ville qui à cette époque, avait une superficie de près de quatre hectares. A l'embouchure de la Düssel commence la construction du château-fort du comte de Berg qui deviendra par la suite au XVe siècle un puissant édifice.

Capitale et résidence du comte de Berg

En 1380, le comté de Berg devient duché. Le premier duc, Wilhelm II. von Berg, fait largement agrandir Düsseldorf. Pour cette raison, il est considéré comme le deuxième fondateur de la ville qui, avec ses 1.800 habitants, est la plus grande agglomération du nouveau duché de Berg.

Depuis 1550, Düsseldorf consolide sa position de capitale et de résidence des duchés de Jülich-Kleve-Berg. A cette époque, le château-fort est devenu un château de style renaissance. Les murs d'enceinte de la ville sont à nouveau renforcés.

Le rang de capitale se manifeste également au niveau économique : le Rhin à ses pieds est la voie de communication pour le commerce et le transport la plus importante de son époque. Des Pays-Bas aux Alpes les marchandises sont transportées sur le Rhin.  Pour servir de lieu de transbordement des marchandises vers les domaines du duché de Berg, un premier port est construit vers 1570 à proximité de la citadelle.

1573 | Nouvel hôtel de ville
1573 | Nouvel hôtel de ville

En 1573, un nouvel hôtel de ville est construit près du château. L'édifice, datant de l'époque entre gotique tardif et renaissance, remplace l'ancienne mairie située au 6 de  la Ratinger Strasse 6. Près de 150 ans plus tard, le bâtiment sera légèrement modifié à l'époque baroque et gardera pour l'essentiel le style qu'on lui connaît aujourd'hui.

Les dirigeants de Düsseldorf sont depuis des siècles des personnalités influentes. On est en mesure aujourd'hui de faire la liste presque complète des bourgmestres qui se sont succédés depuis 1303.

Les chefs de l'époque baroque accroissent la splendeur de Düsseldorf

A la mort du dernier prince issu de la famille de Kleve en 1609, un morcellement des importants  domaines en Basse-Rhénanie se profile à l'horizon. Finalement, les comtes palatins de Pfalz-Neuburg reprennent la partie Jülich-Berg et font de Düsseldorf l'une des plus importantes résidences de la région.

1708 | Le couple princier Jan Wellem et Anna Maria Luisa de Medicis. Peinture de Jan Frans van Douven. (c) wikipedia
1708 | Le couple princier Jan Wellem et Anna Maria Luisa de Medicis. Peinture de Jan Frans van Douven. (c) wikipedia

C'est surtout le duc Johann Wilhelm von Jülich-Berg (1658 - 1716), appelé plus tard  Jan Wellem par le peuple  - depuis 1690 également prince-électeur du Palatinat  - qui marquera la ville et lui conférera sa durable réputation. Avec l'appui de sa deuxième femme Anna Maria Luisa de la maison des Medicis, il tient une brillante cour à Düsseldorf et soutient les arts : il fait construire le premier opéra  et rassemble une collection de peintures de grande qualité.

Le prince-électeur Carl Theodor (1724 - 1799), l'un de ses successeurs, ne réside jamais très longtemps à Düsseldorf. On lui doit pourtant un nouveau quartier, appelé Carlstadt. Avec le château de Benrath au sud de la ville (construit de 1756 à 1768), il  lègue à Düsseldorf un chef-d'œuvre architectural du baroque tardif.

Düsseldorf devient vert et prussien

Le fait de raser les murs, les bastions et les remplais en 1801 libère la ville de son corset formé par les installations militaires. Car c'est la condition posée par les troupes revolutionnaires françaises pour leur départ. Après la paix de Lunéville, le développement de la ville a été un coup de chance pour Düsseldorf.

A partir de 1802, l'architecte Caspar Anton Huschberger et l'architecte-paysagiste Maximilian Friedrich Weyhe ont transformé l'ancien secteur de défense de la ville, située à l'est, pour en faire l'actuelle Königsallee. Peu après, Weyhe se consacre à la conception de  cette surface devenue aujourd'hui le poumon vert de la ville.

1811 | Entrée de Napoléon. Aquarelle de Johann Petersen.
1811 | Entrée de Napoléon. Aquarelle de Johann Petersen.

Avec e formidable boulevard et les parcs comprenant l'étang de l'empereur et le miroir des cygnes se met en place une ceinture verte qui entoure la Vieille ville et que toutes les autres grandes villes envient à Düsseldorf.

Sous Napoleon I est créé le grand-duché de Berg avec Düsseldorf pour capitale. A l'occasion d'une visite de plusieurs jours en novembre 1811, un arc en bois est construit en son honneur au château de Jägerhof où réside l'empereur.

Après l'époque napoléonienne, la Rhénanie, et avec elle Dusseldorf, tombe en 1815 dans le giron de la Prusse à la suite du congrès de Vienne. Mais ce n'est pas le grand amour avec le nouveau souverain qui réside dans la lointaine ville de Berlin. Cela saute aux yeux lorsqu'en 1848, le roi de Prusse Friedrich Wilhelm IV vient en visite à Düsseldorf durant les troubles révolutionnaires. Sur la Kastanienallee, il est bombardé avec du crottin de cheval, raconte la légende populaire. Pour cette raison, le roi de Prusse ne remettra plus jamais les pieds à Düsseldorf. En signe d'excuse pour le manque de respect, la municipalité rebaptise la si belle allée des châtaigniers en Königsallee.

Expansion de l'industrie, du commerce et des transports

Maintenant débarrassée de ses fortifications, Düsseldorf peut s'agrandir. C'est un grand avantage sur Cologne qui est alors une ville fortifiée. Ainsi, durant la période d'industrialisation à partir de 1850, des entreprises financières et commerciales en pleine expansion trouvent devant les portes de la ville suffisamment de terrain pour s'agrandir. Sur ces terrains, on construit de grands ateliers, un premier raccordement de voie ferroviaire et, le long du Rhin, de nouvelles installations portuaires.

Vers 1880 | Königsallee avec vue sur la gare de Berg-Marken de 1838 sur l'actuelle place Graf-Adolf
Vers 1880 | Königsallee avec vue sur la gare de Berg-Marken de 1838 sur l'actuelle place Graf-Adolf

Entre 1880 et 1920, la ville s'agrandit à un rythme infernal, et les infrastructures, elles aussi, suivent le rythme : la première gare est en construction à partir de 1885 sur le site actuel et en 1898, un solide pont est enfin construit pour relier Düsseldorf à la rive rhénane à la hauteur d'Oberkassel.

De plus, de grandes entreprises de production, installées dans la région de la Ruhr avoisinante, choisissent Düsseldorf pour installer leurs centrales et contribuent ainsi à donner à la ville  son surnom de "secrétaire de la Ruhr". Son importance grandissante se traduit dans le choix de Düsseldorf comme siège de l'administration du district et du parlement de la province de Rhénanie. Düsseldorf devient ainsi un centre administratif. Finalement, cette tradition de fonction administrative sera à l'avantage de la ville après 1945.

Düsseldorf s'agrandit et s'étend

Entre 1880 et 1900 le nombre d'habitants de Düsseldorf double et passe à 200.000 - aussi grâce aux  immigrés venus de l'intérieur et de l'étranger. De nombreuses localités et des petites villes voisines sont devenues des banlieues de Düsseldorf, parmi elles Benrath, Gerresheim et Kaiserswerth, ainsi que Heerdt et Oberkassel situées sur la rive gauche du Rhin. De toute façon, leur incorporation dans la commune de Düsseldorf aurait eu lieu toôt ou tard. En 1908/09 et une fois encore en 1929, la ville s'étend vers la périphérie ; sa superficie a triplé. Près de 100.000 nouveaux habitants viennent s'ajouter à ceux de Düsseldorf qui compte alors 477.000 habitants en 1929. La troisième incorporation de communes aura lieu en 1975.

Vers 1905 | la Rheinpromenade. A l'arrière-plan le premier pont en dur sur le Rhin datant de 1898.
Vers 1905 | la Rheinpromenade. A l'arrière-plan le premier pont en dur sur le Rhin datant de 1898.

Au début du XXe siècle,  des mesures d'urbanisation sont même prises en vue d'une future ville d'un million d'habitants. Cela n'arrivera pas, néanmoins les élements typiques de la vie en ville se mettent en place à Düsseldorf : opéra, théâtre, variétés, théâtre privé, musées, galeries d'art et d'autres offres culturelles font de la ville un but d'excursion et de distraction  toujours en mouvement et qui en vaut la peine.

Le développement des arts et de l'architecture va de pair avec l'ascension économique. On le constate par exemple dans le grand magasin Tietz (devenu aujourd'hui "Kaufhof") créé par Joseph Maria Olbrich (1907-09), icone de l'archtecture du style 1900, le bâtiment Mannesmann de Peter Behrens (1911-12), dominant le front du Rhin, et la maison Wilhelm-Marx (1922-24), l'un des premiers building de l'empire allemand.

Avec la société des artistes "Das Junge Rheinland" l'expressionisme poursuit son chemin et atteint la Rhénanie après 1919. De plus, Düsseldorf s'établit avant et après la première guerre mondiale comme numéro 1 en matière de foires commerciales.

Nationalsocialisme et deuxième guerre mondiale

Durant la période du nationalsocialisme, Düsseldorf n'échappe pas aux mesures d'exclusion et de  répression. Durant le IIIe Reich, le bureau de la Gestapo à Düsseldorf est, après celui de Berlin, le deuxième en importance. Les citoyens juifs sont dépossédés de leurs droits, poussés à s'exiler, déportés et assassinés. En 1945, la communauté juive de Düsseldorf qui comptait 5.500 personnes avant 1933, n'en compte plus qu'une soixantaine. La répression envers d'autres communautés pour des raisons raciales, religieuses ou politiques fait aussi beaucoup de victimes.

1945 | Fin de la guerre. Entrée des troupes américaines dans le quartier de Flingern par la Flurstrasse.
1945 | Fin de la guerre. Entrée des troupes américaines dans le quartier de Flingern par la Flurstrasse.

Le 17 avril 1945, c'est la fin de la guerre à Düsseldorf, car un petit groupe de résistants parvient à remettre la ville aux troupes américaines sans combat. La veille au soir, leurs plans ont été dénoncés et quelques membres du groupe de résistance  "Aktion Rheinland" sont condamnés à mort pour haute trahison. Leur mérite a été d'empêcher le bombardement imminent de la ville et donc sa destruction.

A la fin de la guerre, la ville n'est plus qu'un champ de ruines. Dix millions de mètres cubes de gravats recouvrent la ville, de nombreux bâtiments sont complètement détruits. Les Düsseldorfois évacués rentrent chez eux et de nombreux réfugiés affluent dans la ville. La misère est grande, pourtant tout le monde retrousse ses manches pour commencer à reconstruire la ville.

Nouveau départ et transformation: l’appel de la capitale régionale

En raison de ses fonctions administratives bien ancrées au cours des siècles et de ses bâtiments appropriés, Düsseldorf, bien que fortement endommagée, s'impose comme siège de l'administration  politique des forces britanniques.

Le 21 juin 1945, Düsseldorf fait désormais partie de la zone d'occupation britannique. Un an plus tard est formé le nouveau Land de Rhénanie du nord-Westphalie, composé de la partie nord de la Rhénanie et de la Westphalie. Plus tard, l'ancien état libre de Lippe vient s'y ajouter.

1946 | Le premier parlement régional. Constitution du premier Landtag le 2 octobre 1946 à l'opéra - encore sous les drapeaux des forces d'occupation.
1946 | Le premier parlement régional. Constitution du premier Landtag le 2 octobre 1946 à l'opéra - encore sous les drapeaux des forces d'occupation.

Le 1er août 1946, l'opération Marriage est lancée avec le slogan "Its capital will be Düsseldorf", et formellement achevée par le décret du 23 août 1946. Pour les décennies à venir, Düsseldorf devient le cœur du "capitalisme rhénan" dans la jeune République fédérale d'Allemagne. Dans le cadre d'un plan de restructuration des plans d'urbanisation. On envisage d'abord la planification de la circulation. De nombreuses rues sont élargies, d'autres sont complètement modifiées, en premier lieu la Berliner Allee.

Très vite, des bâtiments innovants sont construits tels que la "Dreischeibenhaus" (1957-60) et en face le théâtre "Schauspielhaus" (1965-69). Plus tard s'y ajoutent le parlement régional, érigé directement sur les berges du Rhin, et la "Stadttor" qui abrite la chancellerie du Land. Puis viennent les entreprises et les associations, les partis politiques, l'administration et les institutions culturelles qui veulent aussi un édifice représentatif dans la capitale du Land.

1875-79 | Académie des beaux-arts. Aujourd'hui encore vivier de la nouvelle génération d'artistes.
1875-79 | Académie des beaux-arts. Aujourd'hui encore vivier de la nouvelle génération d'artistes.

Düsseldorf ville culturelle - entre tradition et avantgarde

Düsseldorf est la ville des voies rapides. Cela vaut aussi en matière d'art. Autour de la Vieille ville, entouré d'églises baroques, de boutiques branchées, de galeries d'art de réputation mondiale et de bistros très couleur locale  se développe un monde artistique qui ne laisse rien à désirer. Une courte promenade suffit pour dénicher pratiquement toutes les adresses des créatifs - un paradis pour les citoyens et les touristes, comme on en voit rarement dans d'autres villes. Depuis que le prince-électeur  "Jan Wellem" au XVIIe siècle a fondé la réputation de Düsseldorf de ville d'art, la ville sur la Düssel a toujours revendiqué sa tradition culturelle.

Cela s'articule à la perfection dans ce que l'on appelle ici l'axe artistique : depuis le Ehrenhof jusqu'au parc du Ständehaus en passant par la Vieille ville. Ici, les temples des muses s'enfilent comme des perles sur un fil : le musée Kunstpalast qui fait le lien entre la galerie de peintures de Jan Wellem et l'art moderne, la salle de concert dans l'ancien planétarium où la musique a trouvé sa plus belle place, l'opéra Deutsche Oper am Rhein, l'Académie des beaux-arts où ont travaillé des artistes tels que Klee, Beuys, Richter, Becher et Gursky et qui reste aujourd'hui encore l'un des plus importants viviers d'artistes de la nouvelle génération.

Le centre commercial "Kö-Bogen". Construction du nouveau centre urbain de Düsseldorf, commencée en 2009 sur le site hitorique, près de l'étang de Landskrone.
Le centre commercial "Kö-Bogen". Construction du nouveau centre urbain de Düsseldorf, commencée en 2009 sur le site hitorique, près de l'étang de Landskrone.

Düsseldorf toujours en train de se réinventer

Le développement urbain est un processus dynamique. Après une courte période de reconstruction durant l'après-guerre vinrent les étapes de restructuration urbaine, concentrées pour l'essentiel sur les grands projets en matière d'infrastructures, telles que la construction du métro dans les années 1980 et dernièrement la ligne Wehrhahn. Ce développement caractérise très précisément l'histoire récente de l'architecture urbaine de Düsseldorf.

A partir du milieu des années 1980, la construction du nouveau parlement régional sur le bassin du port de Berg, plein de gravats, marque le début du re-looking d'une grande partie du port. Le long du vieux port de commerce en particulier, des architectes de renommée mondiale créent un nouveau centre de prestations de service : le port des médias, comportant des bâtiments neufs ou relookés.

Foire de Düsseldorf. Constructionen 1971 du nouveau site de la foire dans le nord de  la ville. Jusqu'à aujourd'hui agrandi jusqu'à mesurer 305.000 km2.
Foire de Düsseldorf. Constructionen 1971 du nouveau site de la foire dans le nord de la ville. Jusqu'à aujourd'hui agrandi jusqu'à mesurer 305.000 km2.

Un site convaincant, économiquement gagnant

Au plus tard à partir des trentes glorieuses, le développement continuel de Düsseldorf fait de la métropole un site économique qui compte en Europe. Facteurs particulièrement positifs de ce développement : sa position centrale dans la région Rhin-Ruhr, l'aéroport de Düsseldorf - troisième aéroport en Allemagne - et la foire de Düsseldorf.

Une première foire commerciale a eu lieu à Düsseldorf en 1811. En 1926, la GeSoLei (grande foire de Düsseldorf des soins de santé, assistance sociale et culture physique) attire 7,5 millions de visiteurs. En 1949, IGEDO (groupement d'intérêts pour l'habillement féminin) organise la première vente de prêt-à-porter à Düsseldorf et pose ainsi la première pierre du salon international de la mode CPD Collection Première Düsseldorf. Aujourd'hui, Düsseldorf accueille près de 50 foires spécialisées par an, dont 24  salons leader internationaux.

Journée du Japon. Signe particulier de l'amitié entre le Japon et Düsseldorf : la journée annuelle du Japon attire près de 750.000 visiteurs.
Journée du Japon. Signe particulier de l'amitié entre le Japon et Düsseldorf : la journée annuelle du Japon attire près de 750.000 visiteurs.

Düsseldorf, ville cosmopolite et accueillante

Près de 40 représentations consulaires et plus de 30 chambres de commerce étrangères et d'organisations de commerce extérieur facilitent les contacts économiques à Düsseldorf et boostent les échanges économiques. Parmi tous ces pays, le Japon, qui a installé 480 entreprises en Europe,  occupe une place spéciale. Pour le Japon l'espace économique de Düsseldorf  est son choix numéro un depuis de nombreuses années.  Le nombre d'entreprises chinoises augmente très rapidement. Actuellement, il y en a 340 qui sont installées à Düsseldorf.

De plus, la large palette de cursus universitaires proposés et un marché de l'emploi dynamique attirent un grande nombre de jeunes adultes du monde entier. Le caractère international de Düsseldorf se nourrit aussi de ses jumelages : en collaboration avec sept villes jumelées, mais aussi avec des amis étrangers résidant sur place, la capitale du Land soutient des projets qui s'étendent à tous les domaines de la société.

De plus, Düsseldorf est active dans un grand nombre de réseaux européens et multinationaux. Cet engagement permet d'entenir de multiples contacts internationaux vivants, favorise la visibilité des thèmes européens et internationaux dans la ville rhénane et fait de la capitale du Land une métropole cosmopolite et multiculturelle au cœur de l'Europe.